Enchaînement boxe anglaise : tous les combo à savoir

Ah, la boxe anglaise ! Vous savez, c’est un peu comme danser, mais avec des gants et pas mal d’adrénaline. Alors, les jeunes, accrochez vos ceintures, on va parler combos ! Vous voyez, en boxe, il ne suffit pas de balancer ses poings au hasard. Non, non. C’est tout un art.

Dans cet article, on va plonger dans le monde fascinant des enchaînements de boxe anglaise. Imaginez, c’est comme apprendre les pas d’une danse secrète. Chaque combo, c’est une combinaison de mouvements qui, quand ils sont bien exécutés, peuvent faire toute la différence entre gagner et… eh bien, pas gagner.

On va parler des jabs, des crochets, des uppercuts, et comment les mixer pour surprendre votre adversaire. C’est un peu comme jouer à un jeu vidéo, mais en vrai. Vous allez voir, c’est super excitant ! Prêt à devenir le prochain Rocky ? Allez, c’est parti

1. Le Jab

Le jab (le direct du bras avant) c’est le pain et le beurre de la boxe anglaise, les amis ! C’est le premier coup que tout boxeur apprend et il a son importance, croyez-moi. Facile et rapide, il sert à tout : garder l’adversaire à distance, sonder sa défense, et même préparer le terrain pour des combos plus lourds. Imaginez-le comme un éclaireur, rapide et malin, qui ouvre la voie pour le reste de votre arsenal. En combat, un bon jab peut vous sauver la mise, surtout si vous savez l’utiliser avec précision. C’est un peu comme lancer une fléchette : rapide, direct et diablement efficace !

découvrir aussi : Cardio boxing bienfaits

2. Le Crochet (Hook)

Ah, le crochet ! C’est la star du spectacle en boxe. Ce coup puissant se lance latéralement et peut vraiment déstabiliser l’adversaire. Quand il est bien placé, croyez-moi, c’est comme si vous déclenchiez une petite tempête dans le ring. Le secret du crochet ? La rotation ! C’est tout le corps qui travaille, des pieds jusqu’à la pointe du poing. Utilisé à bon escient, il peut changer le cours d’un combat, surtout si vous arrivez à surprendre votre adversaire. C’est le coup parfait pour ceux qui aiment ajouter un peu de dramatique à leur boxe !

3. L’Uppercut

L’uppercut, c’est le coup de théâtre, le twist inattendu ! C’est un coup qui part de bas en haut, idéal pour surprendre un adversaire trop confiant. Imaginez que vous puissiez littéralement soulever quelqu’un avec la force de votre coup – c’est ça, l’uppercut. Il demande une bonne dose de technique et de timing, mais quand il est bien exécuté, c’est un véritable spectacle. En plus, il a ce côté un peu brutal, un peu sauvage, qui fait toujours son petit effet dans le ring. C’est le coup pour les audacieux, ceux qui n’ont pas peur de prendre des risques pour faire un show mémorable.

4. Le Direct (Cross)

Le direct du bras arrière, ou cross, c’est votre coup de poing direct et puissant, le grand frère du jab. C’est un coup fondamental qui combine vitesse et force. Vous le lancez avec votre main arrière, ce qui lui donne plus de puissance, mais attention, il faut bien le maîtriser pour ne pas perdre l’équilibre. En boxe, un bon direct peut être dévastateur, surtout s’il est lancé au bon moment. C’est comme avoir un joker dans votre jeu, une carte secrète que vous sortez pour prendre l’avantage. C’est le coup pour les stratèges, ceux qui aiment planifier leur victoire.

5. Le Swing

Le swing, c’est un peu le coup de folie de la boxe. Moins commun que les autres, il est à mi-chemin entre le crochet et l’uppercut. C’est un coup large et puissant qui vient de côté. Un peu imprévisible, il peut être un vrai game changer dans un combat. Cependant, il demande une bonne maîtrise et un excellent timing pour ne pas se retrouver déséquilibré. Quand vous le maîtrisez, c’est comme avoir une arme secrète, quelque chose d’inattendu que vous pouvez sortir pour surprendre et dominer. Le swing, c’est pour les aventuriers, ceux qui n’ont pas peur de tenter des choses nouvelles pour épater la galerie.

Lire aussi : tout savoir sur le muay-thaï

6. Travaillez vos enchainements

L’art de la boxe anglaise réside non seulement dans la puissance de chaque coup porté, mais aussi dans la fluidité et la stratégie des combinaisons de coups. Un bon enchaînement permet de surprendre l’adversaire, de briser sa garde, et d’ouvrir la voie à des frappes plus puissantes.

Quelques enchainements de base

Il existe des combinaisons que l’on à tendance à reproduire assez fréquemment, voici quelques exemples.

  1. Jab – Cross (1-2): Le célèbre Gauche Droite, C’est la combinaison de base et la plus efficace. Elle commence par un direct du bras (jab) avant rapide pour perturber l’adversaire, suivi d’un direct du bras arrière (cross) puissant. Cet enchaînement est fondamental et doit être parfaitement maîtrisé avant de passer à des combinaisons plus complexes.
  2. Double Jab – Cross (1-1-2): Une variante de la combinaison précédente, où le doublé du bras avant sert à augmenter la pression sur l’adversaire et à créer une ouverture pour le direct du bras arrière (cross).
  3. Jab – Cross – Crochet (1-2-3): Après avoir perturbé l’adversaire avec le jab et le cross, un crochet vient ajouter une dimension supplémentaire à l’attaque, ciblant souvent le côté de la tête ou du corps de l’adversaire.

Ces enchainements sont très simple et pourtant dévastateur. Il est important de les maîtriser et de bien faire attention au mouvement lors vos coups avant de créer des combos plus complexe.

Répétez ces coups lentement, appliquez-vous sur le mouvement, petit à petit augmenter la vitesse. Lorsque vous arriverez à faire un mouvement « propre » tout en étant rapide, appuyer de plus en plus vos frappes pour avoir encore plus d’impact.

Comment créer vos propres enchainements

Tout le monde peut créer ses enchaînement, le principal, c’est de rajouter des coups de manière progressive, en commençant par des combinaisons simples et en augmentant progressivement la complexité et le nombre de coups.

Par exemple, première série de coups, on commence avec un direct du bras avant.
Deuxième série de coups, on recommence avec le direct du bras avant mais cette fois ci on continue avec un direct du bras arrière.
Troisième série de coups, on engage encore avec le direct du bras avant, le bras arrière et maintenant on rajoute un crochet du bras avant.
On continue de rajouter des coups progressivement jusqu’à un combinaisons de 5-6 coups maximum.

En règle générale, les enchainements sont assez prévisible (mais nécessaire) lorsqu’ils ne comportent que 1-2 coups. Ils deviennent plus impactant à partir de 3-4 coups et ils sont de plus en plus brouillon à partir de 5-6 coups.

Conclusion

Et voilà, les jeunes prodiges de la boxe ! On a fait un sacré tour d’horizon des coups les plus importants en boxe anglaise. Rappelez-vous, chaque coup a son rôle et son moment. Le jab pour la rapidité, le crochet pour la puissance, l’uppercut pour la surprise, le direct pour la force et le swing pour l’audace. Mais le vrai secret, c’est de savoir les combiner. C’est comme jouer de la musique : chaque note a son importance, mais c’est l’harmonie de l’ensemble qui crée la mélodie.

En boxe, c’est pareil. Votre style, votre rythme, votre manière de mixer ces coups, voilà ce qui vous rendra unique sur le ring. Et n’oubliez pas, derrière chaque coup, il y a de l’entraînement, de la discipline, et une passion brûlante pour ce sport magnifique.

Laisser un commentaire